Ce sont les derniers mots que Ryûnosuke Akutagawa a laissé derrière lui avant de se suicider à l’âge de 35 ans.

Ils comportent donc une certaine résonance, surtout quand on associe un adjectif tel que « vague » qui connote le flou, l’imprécis pour un acte aussi fort et très réel.

Ce recueil comporte 3 nouvelles : Le masque, le doute, le wagonnet. Ces textes ont en commun le sentiment de l’angoisse de ne pas avoir fait ce qu’il fallait &, à un moment donné, il faudra payer pour cela. Les nouvelles sont courtes, et le recueil fait un peu plus de 80 pages. La plume est agréable, fluide. Lors de la lecture, on apprend des détails sur la culture du théâtre japonais entre autre.

J'ai nettement une préférence pour la seconde nouvelle dont l'acte étudié peut être qualifié d'égoïste ou bien de généreux selon la nature des sentiments profonds de son auteur. C'est déstabilisant ... Une belle découverte, et ça m'a donné vraiment envie d'en lire plus de cet écrivain.