Brothers, c’est l’histoire de deux frères qui vont, depuis leur petit bourg des Liu, traverser près de 40 ans d’histoire mouvementée de la Chine, allant de la Révolution culturelle de Mao Zedong à l’ouverture progressive du pays sous Deng Xiaoping.

Song Gang le timide et Li Guangtou la tête brûlée vont tenter de trouver leur place dans une société en profonde mutation. Mais Brothers, ce n’est pas seulement Song Gang et Li Guangtou, c’est aussi tous les personnages qui gravitent autour d’eux : Zhao le poète, Liu l’écrivain, Tong le forgeron ... , tout ce microcosme qui apporte une dimension profondément vivante au récit.Tout d’abord porteuse d’espoir, la Révolution culturelle se mut très vite en véritable terreur, où chacun se suspecte de trahir les idéaux maoïstes, se dénonce par zèle et/ou bien par méchanceté. Les bourreaux d’aujourd’hui deviennent les victimes de demain. Enfants, Song Gang et Li Gangtou sont témoins de ces dérives totalement absurdes dont ils vont être eux même victimes.

A la mort de Mao, Deng Xiaoping va engager d’importantes réformes économiques visant à libéraliser le pays et à encourager les chinois à s’enrichir. D’un contexte de pauvreté et de pénurie alimentaire, les chinois vont plonger dans une société de consommation à outrance en l’espace de seulement 4 décennies. Cette évolution matérielle de la société s’accompagne aussi d’une évolution morale que l’on perçoit à travers les différents personnages de ce bourg qui finalement va lui même évoluer en une grande ville.

Deux points que j’ai particulièrement appréciés dans cette oeuvre :

—Le texte de Yu Hua est « imbibé » de références historiques, littéraires et culturelles et c’est un vrai plaisir d’en apprendre autant. Au delà des références, c’est aussi toute une philosophie chinoise qui habite les personnages

—Concernant les personnages, pas de manichéisme et c’est un point fortement appréciable. Ils ont tous leur part sombre mais aussi de gentillesse. Tout n’est pas blanc ou noir, et quand on pense avoir un avis tranché sur un personnage, l’auteur nous surprend toujours par la suite tout en gardant de la cohérence dans son récit. C’est ce qui les rend aussi vivants à nos yeux.